🐼 Nouvel an chinois : délais de livraison fortement impactés 🐼
Monstre chinois

Mythologie chinoise -

42 Monstres Chinois à connaître

Quels sont les monstres chinois ? Sont-ils différents des monstres européens ? Sont-ils dangereux ? 

Chez Univers de Chine, nous sommes passionnés de culture chinoise, nous allons donc vous apporter les réponses de manière la plus précise que possible.

Vous connaissez sans doute le dragon, le phœnix ou encore peut être le Nian, mais le folklore chinoise regorge de nombreuses autres créatures terrifiantes.

Dans cette article, vous découvrirez 42 monstres chinois à connaitre, après votre lecture, les monstres chinois n'auront plus de secret pour vous !

Des créatures du folklore chinois

Si plusieurs créatures mythiques, monstres et démons chinois notables sont issus des anciens mythes chinois, beaucoup d'autres ont été "enregistrés officiellement" pour la première fois dans des recueils anciens.

Des recueils tels que le Classic of Mountains and Seas, connu sous le nom de Shan Hai Jing (山海经) en chinois, le Classique des montagnes et des mers est un recueil encyclopédique décrivant des terres lointaines et les tribus fantastiques qui y résident.

Bien qu'elles soient clairement fictives, de nombreuses créatures mythiques mentionnées ont finalement été incorporées dans d'autres légendes et contes populaires chinois.

Avec des ouvrages similaires tels que le traité Huainanzi (淮南子) et le Soushen Ji (搜神记), ces recueils ont jeté les bases de nombreux mythes chinois dans les siècles qui ont suivi. D'une certaine manière, ils pourraient être considérés comme les premiers manuels contant les mythes chinois.

Sans plus tarder, découvrons ensemble le premier monstre

  • Ao (鳌) : Une ancienne tortue géante qui soutient les montagnes et les continents, dont les pattes, supposément, étaient également utilisées par la déesse Nüwa pour soutenir les cieux. Dans le traité Huainanzi, il est dit qu'un Ao porte sur son dos les montagnes magiques taoïstes de Penglai, Fangzhang et Yingzhou.
  • Aoyin (傲因) : Une bête mythique chinoise affreuse, mentionnée dans le Shenyi Jing. Armé de longues griffes mortelles, on dit qu'il aime beaucoup manger de la cervelle humaine.
  • Ba She (巴蛇) : Selon le Shan Hai Jing, Ba She est un immense serpent capable d'avaler des éléphants entiers. Ce mythe, à son tour, a donné naissance au dicton chinois, ren xin bu zu she tun xiang (人心不足蛇吞象), qui se traduit par "La cupidité de l'homme est pire que le serpent qui avale les éléphants."
  • Bai Ze (白泽) : Une ancienne créature mythique chinoise capable de parler comme un humain et connaissant les êtres du monde. Il est généralement représenté comme une créature à quatre pattes avec un visage humain. Dans les mythes de création chinois, Huang Di a rencontré Bai Ze à l'est et a appris de cette créature légendaire les nombreux êtres surnaturels du monde.

Baize

  • Baihu (白虎) : Le tigre blanc. Un des Quatre Symboles de la cosmologie chinoise et gardien de l'ouest. En Feng Shui, le Tigre blanc est associé aux métaux.
  • Bifang Niao (毕方鸟) : Un oiseau mythologique chinois dit être le présage de désastres ardents. Son nom est basé sur le son du bois brûlant qui crépite.
  • Bixi (赑屃) : Un ancien dragon mythique chinois avec la carapace d'une tortue. Comme Ao (voir ci-dessus), il est capable de soulever des montagnes et des continents. L'architecture classique chinoise utilise souvent le Bixi comme élément décoratif pour les bases des piliers, des plaques, etc.
  • Boyi (猼訑) : Ancienne entité surnaturelle ressemblant à une chèvre, dotée de neuf queues de renard et de plusieurs yeux sur son dos. Porter la fourrure d'un Boyi a l'avantage d'augmenter le courage d'une personne.

Boyi

  • Changui (产鬼) : Des spectres à l'aspect affreux que l'on croit être soit les esprits des femmes mortes pendant l'accouchement, soit les démons à l'origine de ce malheur.
  • Chenghuang (乘黄) : Le Shan Hai Jing décrit Chenghuang comme un magnifique et divin destrier. Dans le chinois écrit et parlé d'aujourd'hui, le nom est toujours synonyme d'un cheval splendide.
  • Chongming Niao (重明鸟) : Une puissante volaille dans les anciens contes chinois, capable de vaincre des bêtes massives. Il possède deux iris dans chaque œil. (Chongming signifie double vue en chinois)
  • Da Peng (大鹏) : Dans le Xiaoyao You de Zhuangzi, Da Peng était un énorme oiseau dont les battements d'ailes étaient capables de remuer les mers. À l'origine, un immense poisson de plusieurs milliers de kilomètres de long connu sous le nom de Kun, les mythologues comparatifs ont assimilé Da Peng au Roc arabe et au Garuda hindou. Les spécialistes continuent de débattre de la signification symbolique de ce conte particulier de Zhuangzi.

Dapeng

  • Dafeng (大风) : Dans la langue chinoise, Dafeng signifie littéralement un vent fort. Dans les anciens mythes chinois cependant, Dafeng était un oiseau sauvage qui a finalement été tué par Hou Yi.
  • Dangkang (当康) : Un monstre vert, ressemblant à un sanglier, mentionné dans le Shan Hai Jing. L'ancien recueil décrit Dangkang comme le présageur des récoltes.
  • Dijiang (帝江) : L'une des créatures mythiques chinoises les plus étranges "enregistrées" dans le Shan Hai Jing, le Dijiang est une créature cramoisie, à six pattes et à quatre ailes, sans traits de visage. Cette étrange bête paranormale a également été décrite par le sage taoïste Zhuangzi. En 2021, le Dijiang a fait ses premiers pas au cinéma lorsqu'il a été présenté comme compagnon animal dans le film de Marvel Studios, Shang-Chi et la légende des dix anneaux.
  • Diren (氐人) : Tribu aquatique dont l'apparence est similaire à celle des merfolks des mythologies occidentales. Mentionnée dans divers textes chinois anciens.
  • Diting (谛听) : Le destrier du bodhisattva Ksitigarbha dans le bouddhisme chinois. Il symbolise la fidélité et possède la caractéristique de nombreux animaux. Dans Voyage en Occident, Diting est le seul être, à part Gautama Bouddha, capable d'identifier un faux Sun Wukong.

Diting

  • Erzhong Ren (耳中人) : Une créature vraiment, vraiment bizarre introduite dans la deuxième histoire de Liaozhai c'est-à-dire la compilation d'histoires surnaturelles chinoises de la dynastie Qing, acclamée par la critique. Selon le conte, un érudit pratiquait assidûment une forme mythique de qigong, et un jour, il entendit une petite voix dans son oreille. La deuxième fois que cela s'est produit, un ogre miniature est également sorti en rampant. Malheureusement, avant que l'érudit n'ait pu avoir une conversation à cœur ouvert avec la créature, un coup de porte a fait sursauter l'ogre et l'a fait fuir en panique. Par la suite, le savant a déliré pendant six mois. C'est au lecteur de décider si l'auteur Pu Songling a voulu faire de cette histoire effrayante une métaphore de la schizophrénie.
  • Fei (蜚) : Une créature ressemblant à un sanglier décrite dans le Shan Hai Jing. Il a une queue de serpent et un seul œil. C'est aussi le porteur de la sécheresse, de la peste et de la famine.
  • Fei Tou Luan (飞头蛮) : Mentionné pour la première fois dans le Soushen Ji, le Fei Tou Luan est une monstruosité au long cou semblable au Rokurokubi dans la mythologie yokai japonaise. Le nom lui-même est aussi parfois utilisé pour décrire des têtes volantes monstrueuses semblables à celles des contes d'horreur d'Asie du Sud-Est.
  • Feifei (腓腓) : Une créature surnaturelle blanche ressemblant à un renard, mentionnée dans le Shan Hai Jing. En élever un a l'adorable avantage de dissiper la dépression.

Feifei

  • Feng (封) : Les anciens textes chinois décrivent Feng comme une créature humanoïde sans pieds et avec du sang. Certains érudits modernes pensent que cette créature est une variété du champignon lingzhi.
  • Fenghuang (凤凰) : Souvent assimilé au phénix, le Fenghuang chinois était à l'origine un couple, Feng étant le mâle et Huang la femelle. Synonyme de prospérité et d'unions heureuses, le Fenghuang est jusqu'à aujourd'hui, l'un des symboles de bon augure chinois les plus populaires. Il remplace parfois le coq dans le zodiaque chinois.

taoutage-chinois

  • Fengsheng Shou (风生兽) : Une créature mythique chinoise ressemblant à un léopard et dotée d'une peau presque imprenable. On pouvait le tuer en lui frappant la tête à plusieurs reprises, mais si le vent entrait dans sa bouche, il revenait instantanément à la vie. (D'où le terme "fengsheng", qui signifie né du vent). Décrit dans des textes anciens comme le Baopuzi, il est dit que les humains peuvent gagner un demi-millénaire de vie en ingérant le cerveau d'un Fengsheng Shou avec du chrysanthème.
  • Fuchong (蝮虫) : Un serpent mortel répertorié dans le Shan Hai Jing. Le plus gros pouvait peser jusqu'à une centaine de jin chinois. Il possède également des aiguilles venimeuses qui dépassent de son nez.
  • Goushe (钩蛇) : Un serpent légendaire et mortel mentionné dans divers textes chinois anciens. En plus d'être très grand, il possède une queue fourchue mortelle.

Goushe

  • Gudiao (蛊雕) : Oiseau mythique chinois répertorié dans le chapitre des montagnes du Sud du Shan Hai Jing, le Gudiao est semblable au condor mais aussi sensiblement différent. Il est cornu, mangeur d'hommes, et possède un cri affreux comme celui d'un bébé humain. En bref, c'est une créature mythologique que peu de gens souhaitent rencontrer.
  • Guhuo Niao (姑获鸟) : Un oiseau démoniaque à neuf têtes mentionné dans plusieurs textes chinois anciens. Le recueil médicinal, Benchao Gangmu, le décrit comme la manifestation surnaturelle des femmes mortes en couches. Certaines descriptions indiquent également que le Guhuo Niao berce souvent des enfants kidnappés.
  • Hanba (旱魃) : Dans les mythes de création chinois, Hanba, ou simplement Ba, était l'esprit primordial de la sécheresse. Il assistait l'Empereur Jaune lorsque ce dernier était piégé par les tempêtes et les brouillards de Chiyou. Certaines versions décrivent également Hanba comme une jeune fille céleste vêtue de robes vertes.
  • Hou (犼) : Également connu sous le nom de Denglong, Hou est une créature légendaire chinoise qui serait l'un des fils du Roi Dragon. Il symbolise le mandat du ciel et est décrit comme ressemblant à un cerf mais avec les caractéristiques de nombreux autres animaux. Aujourd'hui, quatre statues de Hou se dressent encore au sommet de la porte Tiananmen de Pékin. La légende veut que celles qui sont orientées vers le sud, c'est-à-dire loin de la Cité interdite, rugissent si l'empereur ne revient pas d'une expédition. À l'inverse, ceux qui font face au nord hurleront si l'empereur qui préside est décadent et inutile. Les hurlements vers le nord sont des déclarations selon lesquelles l'empereur décadent doit quitter la Cité interdite, c'est-à-dire abdiquer.

Hou

  • Hu Jing (狐精) : Hu Jing signifie simplement esprit renard/vixen en langue chinoise, mais pour tout Chinois, ce nom symbolise bien plus. Grâce à la représentation de la maléfique consort Daji dans L'Investiture des Dieux, "Hu Jing" est presque synonyme dans la culture chinoise d'adultère, de séduction et de démons féminins. Les histoires chinoises, anciennes et nouvelles, dépeignent inévitablement ces esprits comme des séductrices intrigantes et sexy.
  • Jiangshi (僵尸) : Les textes anglais ont tendance à traduire Jiangshi par "vampire chinois". Cependant, cette créature paranormale et sautillante est en fait plutôt un zombie chinois. Aujourd'hui, il est toujours représenté sous la forme d'un cadavre blafard vêtu d'un costume impérial de la dynastie Qing. Le mythe le plus célèbre sur le Jiangshi est celui de cadavres réanimés de cette façon pour être facilement transportés vers des cimetières ou des villes natales. Dans les années 80, grâce au succès de la comédie d'horreur hongkongaise Mr. Vampire, l'Asie de l'Est s'est brièvement entichée de cette horreur surnaturelle à l'image parfaite.
  • Jin Chan (金蟾) : Un crapaud doré à trois pattes qui réside dans le Palais lunaire. Dans la culture chinoise et le Feng Shui, Jin Chan est un symbole populaire de chance et de richesse.
  • Jingwu (金乌) : Plus connu sous le nom de " Corbeau à trois pattes ", Jingwu, ou le Corbeau d'or, est depuis longtemps associé au soleil dans les cultures d'Asie de l'Est. Dans la mythologie chinoise, les dix soleils qui ont brûlé la Terre pendant le règne de l'empereur Yao étaient tous des corbeaux d'or. Tous, sauf un, ont été abattus par l'archer légendaire Hou Yi.

Jingwu

  • Jiutou Niao (九头鸟) : Jiutou Niao signifie "oiseau à neuf têtes" et dans la Chine ancienne, il était vénéré par les ancêtres de l'État guerrier de Chu jusqu'à ce qu'il soit diabolisé par la domination culturelle de la dynastie régnante des Zhou. Au cours des siècles suivants, l'apparence anormale de l'oiseau légendaire a conduit à l'associer à des catastrophes, au point qu'on lui a donné le nom alternatif de Gui Che (鬼车, véhicule fantôme). Certains contes populaires affirment en outre que le Jiutou Niao aspirera la force vitale des enfants. En le voyant, il faut éteindre toutes les lumières et lâcher des chiens pour bannir la créature maléfique.
  • Jiuying (九婴) : Selon Huainanzi, Jiuying était une créature mythique chinoise mortelle de feu et d'eau, avec neuf têtes et un cri semblable à celui d'un bébé qui gémit. Extrêmement hostile à l'humanité, il fut finalement tué par Hou Yi.
  • Jueyuan (玃猿) : Une race de singes mentionnée dans plusieurs textes chinois anciens. Dans la plupart des versions, ils sont décrits comme des kidnappeurs et très friands d'enlever des femelles pour les violer et les élever.
  • Kaiming Shou (开明兽) : Encore une autre bête bizarre répertoriée dans le Shan Hai Jing, le Kaiming Shou est décrit comme ayant le corps d'un grand tigre et neuf têtes humaines. D'autres compendiums anciens décrivent la bête magique comme un serviteur de Xiwangmu et dotée du pouvoir de prophétie.

Kaiming

  • Kui (夔) : Le Shan Hai Jing décrit le Kui comme une créature ressemblant à un bœuf, sans cornes et avec une seule jambe. La légende veut aussi que Huang Di ait utilisé la peau de l'un d'eux pour fabriquer un merveilleux tambour de guerre. L'écho de ce tambour pouvait être entendu jusqu'à 800 km à la ronde.
  • Liu Er Mi Hou (六耳猕猴) : Le "Macaque à six oreilles" est sans doute l'antagoniste le plus dangereux de Voyage vers l'Ouest. Cette créature trompeuse s'est fait passer pour Su Wukong après que le Roi des Singes ait abandonné son pèlerinage suite à une querelle avec Tripitaka, l'imitation étant si parfaite que seuls Gautama Bouddha et Diting (voir ci-dessus) pouvaient voir à travers le faux-semblant. Plus tard, Gautama Bouddha a également répertorié le macaque à six oreilles comme l'un des quatre singes magiques. Su Wukong lui-même faisait partie de ce quatuor, c'est pourquoi le Macaque à six oreilles avait des pouvoirs similaires aux siens.
  • Luan (鸾) : Un oiseau mythique chinois similaire au Fenghuang. Il représente le printemps. Il est également le symbole de Xiwangmu, la déesse taoïste du mont Kunlun.
  • Mafu (马腹) : Un monstre Shan Hai Jing avec le corps d'un tigre et le visage d'un humain. Comme de nombreuses autres créatures mythiques chinoises répertoriées dans le recueil, le Mafu est décrit comme ayant un cri semblable à celui d'une voix de nourrisson.
  • Nianshou (年兽) : Un horrible monstre mangeur d'hommes qui émerge des montagnes à chaque nouvel an chinois pour se régaler des villageois. Il finit par être chassé par le son des pétards et la vue d'objets rouges. Le mythe est ensuite devenu la base de plusieurs coutumes du Nouvel An chinois, le caractère chinois de Nian étant également celui de "année".

Nian Shou

  • Panhu (盤瓠) : Un chien de chasse divin dans les contes populaires du sud de la Chine. Selon Soushen Ji, Panhu était à l'origine un ver, extrait de l'oreille d'une vieille femme de la cour de l'empereur Ku. Après que la vieille femme ait placé le ver dans une calebasse, il s'est transformé en un chien magique aux cinq couleurs. Par la suite, Panhu a aidé la cour impériale à réprimer une rébellion et a reçu la main de la princesse en récompense. Aujourd'hui, Panhu est considéré comme l'ancêtre mythologique des tribus minoritaires Yao et She de Chine. Certaines versions décrivent également Panhu comme ayant un corps humain, mais avec une tête de chien de chasse.
  • Pixiu (貔貅) : Créature mythique chinoise hybride ressemblant à un lion ailé, le Pixiu est l'un des symboles de richesse les plus appréciés dans les pratiques du Feng Shui chinois. D'après la légende, le Pixiu ne mange que de l'or, de l'argent et des bijoux, et n'a pas de rectum, ainsi toute richesse qu'il ingère ne sera jamais expulsée. Les praticiens du Feng Shui font également la distinction entre les Pixiu mâles et femelles, les Pixiu femelles étant réputées capables de détourner le malheur.

Porte-clé-pixiu