instrument de musique chinois

Culture chinoise -

8 instruments de musique chinois

Quels sont les instruments chinois ? Quel est leur histoire et sont-ils encore utilisés de nos jours ?

Chez Univers de Chine, nous sommes passionnés de culture chinoise, nous allons donc vous apporter les réponses de manière la plus précise que possible.

Le guzheng, le pipa chinois, le erhu ou encore la flûte chinoise, tout ces instruments ont participé à l’évolution de la musique en Chine, que ce soit au travers du théâtre, de l’opéra ou encore d’artistes indépendants.

Dans cet article, vous découvrirez : 

  • 8 instruments traditionnels chinois
  • Leurs caractéristiques et leur histoire
  • Quelques grands noms qui ont utilisé ces instruments

Après votre lecture, les instruments chinois n'auront plus de secret pour vous !

peinture-chinois-intrument-de-musique

Sans plus tarder, découvrons ensemble ces instruments de musique :

Guzheng 古筝

Le guzheng est un instrument que vous avez probablement du déjà voir dans des vidéos ou dans des films tant la musique qu’il produit est agréable. Il est également connu sous le nom de cithare chinoise. L’histoire de cet instrument à corde pincé remonte à plus de 2500 ans.

Guzheng

Cet instrument assez imposant possède le plus couramment entre 21 et 26 cordes. L’objet mesure 1,60 m de long.

Le modèle le plus ancien découvert de Guzheng daterais d'environ 500 av. J.-C., et aurait été créé durant la période des sept royaumes combattants.

Lorsque l’on joue du Guzheng, on porte souvent des « pics » au bout des doigts, fabriqué en plastique, en ivoire ou encore en résine sur une ou deux mains. Cela permet de tout simplement mieux attraper les cordes.

Il arrive souvent que le Guzheng soit confondu avec un autre instrument appeler le Guqin, mais celui-ci est en réalité beaucoup plus petit : il est joué sans tréteaux et ne possède que 7 cordes.

Pipa 琵琶

Le pipa chinois est également un instrument à corde pincé, mais celui-ci ne possède seulement que 4 cordes. Il est parfois surnommé le luth chinois. Le corps de l’instrument est fait en une seule pièce de bois, et son nombre de frète peut varier de 12 à 26. Cet instrument fait partie des plus ancien en Chine, il est utilisé depuis plus de 2000 ans, mais reste cependant l’un des plus apprécié encore aujourd’hui.

pipa chinoise

Le manche est court le corps est en forme de poire, il mesure généralement environs 1m10, 3 pieds et 5 pouces pour être précis.

Cet instrument est très symbolique en Chine. Ses trois pieds représentent le ciel, la terre et l'homme, sa hauteur (cinq pouces comme vue précédemment) représente le bois, le feu, l'eau, le métal et la terre. Enfin, ses quatre cordes représentent les quatre saisons.

On tient l’instrument debout sur ses jambes en positions assise. Pour jouer, on pince les cordes avec une main, tout en appuyant sur les cordes avec l’autre main.

Le pipa était joué en tant qu'instrument soliste ou au sein d'un ensemble dans les foyers impériaux et les érudits en jouaient souvent dans le cadre de leur perfectionnement personnel.

En Chine, on ne compte plus le nombre de musiques et histoires liées à cet instrument. L’une des histoires les plus répandues est celle-ci :

Une femme, nommé Wang Zhaojun (王昭君), était décrite comme étant une des plus belles femmes du royaume. On raconte que Wang a dû faire un voyage vers le nord pour épouser un souverain nomade. Elle quitta donc sa ville natale à cheval. Sur la route, la femme était extrêmement triste et incapable de contrôler ses émotions. Elle a donc commencé à jouer des mélodies tristes sur un instrument à cordes. Une volée d'oies volant vers le sud entendit la musique, vit la jeune femme sur le cheval, oublia de battre des ailes et tomba au sol. À partir de ce moment-là, Zhaojun a acquis le surnom de "oies tombées" ou "oiseaux tombés". Plus tard, la mélodie qu'elle jouait sur la selle a été considérée comme : la complainte de Zhaojun (昭君怨) et l'instrument à cordes a été couramment représenté comme un pipa.

légende-chinoise

Il existe également un poème intitulé Pipa xing (琵琶行) qui est également très connu en Chine. Il a été écrit par un célèbre poète appelé Bai Juyi. Celui-ci nous offre une performance de pipa lors d'une rencontre fortuite avec une joueuse de pipa sur le fleuve Yangtze. Les phrases les plus connues de ce poème décrivent le son du pipa :

« Les cordes grasses cliquetaient comme des éclaboussures de pluie soudaine, les cordes fines fredonnaient comme des chuchotements d'amoureux, comme des perles, grandes et petites, tombant sur une assiette en jade. »

Hulusi 葫芦丝

Le hulusi est un instrument à vent chinois très original. Contrairement au Dizi, il est tenu verticalement et possède trois tuyaux en bambou qui passent dans un sommier en calebasse ; le tuyau central a des trous pour les doigts et les deux extérieurs sont typiquement des tuyaux de bourdon.

Hulisi

On trouve aujourd’hui de très nombreux modèles de cet instrument, des modèles traditionnels en bambou mais également des modèles plus modernes en polymère. L’instrument mesure environs 40 cm.

Le hulusi a un son très pur et très doux, comparable à celui d'une clarinette. Il était à l'origine utilisé principalement dans la province du Yunnan par un certain nombre de groupes ethniques minoritaires, et a gagné en popularité dans toute la Chine.

Instrument chinois

Dizi 笛子

Le dizi est une flûte traversière chinoise. Il est parfois surnommé di (笛) ou héngdi (横笛). On trouve de nombreuse variété de cet instrument, comme le qǔdi (曲笛) et le bāngdi (梆笛).

Dizi

C'est un instrument de musique chinois majeur qui est largement utilisé dans de nombreux genres de musique folklorique chinoise, de l'opéra chinois à l'orchestre chinois moderne. Le dizi est également un instrument populaire depuis toujours car il est simple à fabriquer et facile à transporter.

Traditionnellement, cet instrument est fabriqué avec un morceau de bambou droit. La longueur dépend du type de diapason que vous désirez (plus l’instrument est long, plus le diapason est bas). On trouve des Dizi fabriqué dans d’autres matière, comme en pierre ou même en jade, mais ceux-là sont plus rechercher pour leur beauté que le son qu’ils procurent.

Le Dizi possède généralement six trous pour les doigts, mais il existe des modèles avec plus de troue. Pour jouer, il suffit de souffler dans l’embouchure et tenir la flûte horizontalement.

On trouve beaucoup de joueur de Dizi qui produise des prestations en solo, mais il n’est pas rare d’en trouver dans les opéras.

Erhu 二胡

L'erhu est un instrument à archet à deux cordes. L’instrument est fait en deux parties : le manche et le corps. Pour le manche, on le fait en bois dur et rond. Le corps est quant à lui constituer d’une caisse de résonance en bois hexagonale, avec de la peau de serpent à l'avant et un écran en bois sculpté à l'arrière. Le tout repose traditionnellement sur un coussin de velours rouge. Dans le monde occidental, on l’appelle souvent le violon chinois ou la vièle chinoise à deux cordes.

Erhu

Les Erhus se tiennent verticalement et sont assez semblables aux violoncelles dans la manière dont ils sont joués. Ce qui diffère les violoncelles et les Erhu sont le nombre de corde (4 pour le violoncelle, 2 pour le Erhu) et l’archer du Erhu qui est en bambou.

L'archet est déplacé sur les cordes, tandis que l’autre main est utilisée pour arrêter les cordes dans trois à quatre positions de la main.

Contrairement à un violon ou à un violoncelle, la corde du Erhu ne peuvent pas être presser contre le manche.

Les Erhus sont généralement utilisés dans les opéras et au sein d'ensembles régionaux. On les trouve souvent dans les maisons de thé, les mariages, et à la télévision et à la radio.

Le morceau de musique erhu le plus connu en Chine est sans doute : Two Springs Reflect the Moon (二泉映月), composé par Wuxi Ah Bing (阿炳), un musicien de rue aveugle. Two Springs Reflect the Moon exprime le chagrin du compositeur d'avoir goûté pleinement à l'amertume de la vie dans l'ancienne société et il est devenu un exemple exquis de musique folklorique instrumentale chinoise.

Guqin 古琴

Le guqin est un instrument de musique chinois à sept cordes pincées de la famille des cithares. Il peut également être appelé qixian-qin ou cithare à sept cordes (七弦琴). Semblable au guzheng ci-dessus, elle est également jouée depuis l'Antiquité et a traditionnellement été privilégiée par les érudits et les lettrés comme un instrument d'une grande subtilité et d'un grand raffinement, ainsi qu'associée à l'ancien philosophe chinois Confucius. Les Chinois l'appellent parfois "le père de la musique chinoise" ou "l'instrument des sages".

Guqin

Les guqins sont un type d'instrument à cordes en bois très populaire, comme son cousin Guzheng. Il se compose d'un résonateur en dessous (percé de deux trous de tailles différentes), d'une table d'harmonie au-dessus et sept cordes en soie.

Les guqins ne sont pas conçu n’importe comment : ils mesurent 3,65 pieds chinois de long, ce qui représente les 365 jours de l'année. De plus, les treize montants de la table d'harmonie représentent les treize cycles lunaires de l'année.

Pour jouer de cet instrument, on le pose sur une table et on joue en pinçant les cordes.

Les guqins sont souvent joués en solo et vous les verrez utilisés lors de cérémonies civiques et religieuses.

De nombreux érudits utilisaient ces instruments dans le cadre de leurs contemplations et même Confucius était considéré comme un excellent joueur de guqin.

Le Gong 锣

Le gong chinois est un grand disque métallique circulaire qui constitue un type de percussion similaire à une cymbale.

Gong

On en joue en le frappant avec un maillet pour produire des sons d'intensité différente.

Les gongs sont utilisés dans les orchestres, les danses traditionnelles et les cérémonies religieuses.

Il existe trois types de gongs traditionnels chinois :

Les tam-tams sont, sans bossage, légèrement convexes. Ils sont fabriqués en bronze forgé et existent en différentes tailles. Ils présentent une légère dépression autour du bord, avec une section centrale surélevée, et sont joués à partir de cadres métalliques suspendus.

Les daluos sont différents car ils sont fabriqués à partir d'alliages de cuivre, de zinc et d'étain. Ils ont un bord replié, qui peut accueillir une poignée de corde, une forme légèrement convexe, et sont associés aux guerriers et aux officiels.

Le xiaoluo est une version plus petite du daluo. Ils sont frappés avec un maillet non rembourré et sont utilisés pour représenter les femmes et les érudits.

Le Xiao 箫

Le xiao est également appelé le dongxiao (洞箫). C’est une flûte chinoise verticale dans laquelle on souffle à l’extrémité. Traditionnellement fabriqué en bambou, elle possède généralement 6 ou 8 trous et peut voir sa taille variée selon le diapason recherché. On trouve également 2 trous pour les accords.

Xiao

Son origine remonterait aux temps anciens, il y a plus de 3000 ans. Le groupe ethnique des Qiang serait à l’origine de cette flûte en bambou. Ils vivaient à l’époque dans le sud-ouest de la Chine.

Le xiao est un instrument très calme, que l’on peut jouer tout seul ou en groupe avec d’autres instruments. Il est l’instrument parfait pour jouer des musiques.

Dans la culture chinoise, il est dit que le son du xiao est le même que celui du cri du phœnix, le roi des oiseaux.

Une mélodie très célèbre intitulée "Lune d'automne sur le lac calme" représente très bien la beauté du xiao.

De nombreux instruments chinois

Comme nous venons de le voir, il existe de nombreux instrument en Chine.  Nous n’avons vue ici cependant qu’une petite partie de ce monde musical.

Le Konghou, le Liuqin, les Pengling ou encorele Sanxian sont également des instruments de musiques qui mériteraient qu’on s’y attarde. N’hésitez pas à aller découvrir les sons que produisent tout ces instruments, peut être allez vous-même craquez pour un ?

Si la culture chinoise vous plaît, n’hésitez pas à parcourir notre site pour trouver de nombreux autres articles de blogs, mais également de nombreux objets issus de la culture chinoise !

décoration-chinoise