5-opéra-chinois-les-plus-connus

Art Chinois, Culture chinoise -

Les 5 Opéras Chinois les plus populaires

Quelles sont les cinq histoires d’opéra chinois les plus populaires ?

Chez Univers de Chine, nous sommes passionnés de culture chinoise, nous allons donc vous apporter les réponses de manière la plus précise que possible.

Les histoires qui composent l'opéra de Pékin proviennent de l'histoire de la Chine et comprennent des récits de dynasties, des événements historiques et des histoires d'empereurs, de ministres et de belles femmes, ainsi que certains récits moins vrais tirés de la littérature.

Dans cet article, vous découvrirez :

  • Adieu ma concubine
  • La princesse ivre
  • La femme céleste répand des fleurs
  • Lady Wang va au-delà des frontières
  • Dame Mu Guiying prend le commandement

Après votre lecture, vous saurez tout sur cet art chinois !

Sans plus tarder, découvrons ensemble le célèbre opéra chinois.

Voici quelques classiques qui sont encore populaires auprès du public aujourd'hui.

Adieu ma concubine

Opéra-chinois-adieu-ma-concubine

On le voit parfois sous le titre Ba Wang Bie Ji 霸王别姬, soit “adieu à ma concubine” ou “Adieu à la princesse Yu”.

L'histoire est celle de Xiang Yu, qui aimait se faire appeler le "roi hégémon de Chu occidental", alors qu'il se battait pour l'unification de la Chine contre Liu Bang, qui fonda plus tard la dynastie Han

Dans la pièce, Xiang Yu est encerclé par les forces de Liu Bang et sur le point d'être totalement vaincu, il appelle son cheval et le supplie de s'enfuir pour sa propre sécurité. Le cheval refuse et Xiang Yu demande alors la compagnie de sa concubine préférée, Consort Yu. Réalisant la situation désastreuse dans laquelle ils se trouvent, elle supplie de mourir aux côtés de son maître, mais celui-ci refuse catégoriquement. Par la suite, alors qu'il est distrait, Yu se suicide avec l'épée de Xiang Yu.

La princesse ivre

Princesse-ivre-opéra

Vous verrez sans doute cette histoire sous le titre Gui Fei Zui Jiu 贵妃醉酒, ou Princesse ivre. Ce classique a été l'occasion pour Mei Lanfang, dans le rôle de la princesse, de montrer ses extraordinaires talents d'acteur et d'acrobate.

Yang Yuhuan, d'une beauté extraordinaire, était la concubine préférée, sur 3 000, de l'empereur Ming, et lui avait donné rendez-vous un soir pour prendre un verre dans le pavillon des Cent Fleurs. Cependant, l'Empereur la laisse tomber, allant plutôt vers une autre princesse. Assistée de deux eunuques, la princesse commence à boire seule, devenant de plus en plus ivre et triste. Le public est fasciné par les gestes et les pitreries de la concubine ivre.

La femme céleste répand des fleurs

La-déesse-dispersant-des-fleurs

Cette pièce est également connue sous le nom de Tian Nu San Hua 天女散花, traduit par "La déesse dispersant des fleurs" ou “La femme céleste répand des fleurs". Dans cette histoire, le Bouddha ordonne à la servante céleste de répandre des fleurs dans la chambre de Vimalakirti Nirdesa afin de tester sa foi. La servante céleste répand les fleurs devant lui et proclame les paroles du Bouddha avant de retourner à l'ouest.

Lady Wang Zhaojun va au-delà de la frontière

Lady-Wang-Zhaojun-va-au-delà-de-la-frontière-opéra

L'opéra de Pékin Lady Wang Zhaojun va au-delà de la frontière (Zhao Jun Chu Sai 昭君出塞) est la dernière partie du Han Consort, qui montre sa grande tristesse de quitter sa patrie et son destin inconnu. Il s'agit d'un chef-d'œuvre de Shang Xiaoyun, l'un des "quatre célèbres acteurs Dan" de cet art chinois.

Il existe de nombreuses légendes sur Wang Zhaojun dans le folklore, mais l'édition de l'opéra raconte qu'une servante nommée Wang Zhaojun sous la dynastie Han, dotée à la fois de beauté et d'intelligence, ne payait pas de pots-de-vin au peintre du palais, de sorte que son portrait était mal peint et qu'elle ne recevait jamais la visite de l'empereur.

Jusqu'au jour où elle jouait des mélodies tristes au pipa (un instrument à cordes chinois) pour montrer son émotion solitaire, la musique a attiré l'empereur, et la beauté de Wang Zhaojun a été révélée. Plus tard, l'empereur a voulu exécuter le peintre pour sa tromperie. Cependant, le peintre s'est échappé chez les Xiongnu et a offert le vrai portrait de Wang Zhaojun au chef de tribu des Xiongnu nommé Huhanye. 

Ensuite, le chef des Xiongnu envoie des troupes pour sauver Wang Zhaojun. Manquant de force militaire, l'Empereur Yuan n'avait pas d'autre choix que d'envoyer Wang Zhaojun épouser le chef pour établir des relations amicales.

Dame Mu Guiying prend le commandement

Dame-Mu-Guiying-prend-le-commandement-opéra

Cet opéra, généralement intitulé Mu Guiying Gua Shuai (穆桂英挂帅), ou “Dame Mu Guiying prend le commandement”, est la dernière pièce de Mei Lanfang. Lorsque le seigneur de West Xia déclenche une rébellion, la femme général Mu Guiying, âgée de 50 ans, prend le commandement des troupes.

Grande guerrière, Mu Guiying a mis de côté ses blessures personnelles malgré le fait que sa famille ait été traitée en traître, et est retournée sur le champ de bataille avec son mari, son fils et sa fille.

Un opéra traditionnel 

Certaines des pièces classiques écrites pendant la période Qing pourraient difficilement être jouées aujourd'hui, car beaucoup d'entre elles comportent plus de 24 actes, de sorte que les répéter prendrait des années et les mettre en scène plusieurs jours. 

De nos jours, les spectateurs de l'Opéra de Pékin ont droit à une version concentrée, une représentation en un acte d'une pièce qui était à l'origine beaucoup plus longue, contenant les points forts du drame que les gens ne se lassent pas de regarder.

Si la culture chinoise vous plaît, n'hésitez pas à aller visiter notre boutique, ou bien à vous renseigner sur d'autres sujets disponibles dans notre blog !

Robe-chinois


Recevez nos articles dans votre boite email.