🐼 Nouvel an chinois : délais de livraison fortement impactés 🐼
Robe-chinoise-traditionnelle

Culture chinoise, Vêtement traditionnel chinois -

La robe chinoise traditionnelle, un vêtement moderne

Comment s’appelle les robes chinoises ? Quels sont leurs spécificités ? Quel est leur histoire ? Comment s’habillent les Chinoises de l’époque et aujourd'hui ?

Il existe des robes chinoises nommés Qipao 旗袍 et d’autres nommées Hanfu 汉服. Ces vêtements traditionnels ont traversé les siècles et sont toujours portés dans le monde entier.

Chez Univers de Chine, nous sommes passionnés de culture chinoise, nous allons donc vous apporter les réponses de manière la plus précise que possible.

Dans cet article, vous découvrirez :

  • Le Hanfu et son histoire
  • La robe Qifu
  • La Qipao et ses caractéristiques

Après votre lecture, vous saurez tout sur les robes chinoises !

Sans plus tarder, découvrons ensemble les robes chinoises

Femme-heureuse-en-hanfu

Le Hanfu, la robe traditionnelle chinoise

Le hanfu 汉服 signifiant "vêtement du peuple Han", est un nom qui désigne les vêtements traditionnels des Chinois Han d'avant le 17e siècle, constituant le groupe ethnique prédominant en Chine. 

Le hanfu est apparu en Chine il y a plus de trois mille ans et on dit qu'il s'agissait du vêtement du légendaire empereur jaune, un grand empereur de la Chine ancienne. La base du hanfu a été développée à l'époque de la dynastie des Shang (entre 1600 et 1000 avant J.-C.). 

Le hanfu se composait d'un yi, une tunique étroite, longue jusqu'aux genoux et attachée par une ceinture, et d'une jupe étroite, longue jusqu'aux chevilles, appelée chang, portée avec un bixi, une longueur de tissu qui atteint les genoux. Elles étaient faites de soie et peintes en rouge et vert. Dès les premières apparitions, les vêtements des Han-Chinois ont changé et évolué avec la mode.

Femme-en-Hanfu-rouge

Au début de la dynastie des Zhou occidentaux, le hanfu devient une méthode de distinction entre les classes. La hauteur du rang d'une personne influençait le niveau de décoration d'une robe, la longueur d'une jupe et la largeur d'une manche. Les manches sont également plus larges qu'à l'époque de la dynastie Shang et la tunique yi est également fermée par des décorations en jade ou par une ceinture nouée autour de la taille. Le col était croisé et noué à droite tandis que les jupes et les pantalons variaient en longueur, de la longueur du genou à la longueur du sol.

La dynastie des Zhou orientaux a inventé le shenyi - "la robe profonde", qui est une combinaison de tunique et de jupe. Elle était coupée séparément, mais cousue comme une pièce de vêtement, le côté gauche du costume formant un coin qui servait à fermer le shenyi en l'attachant sur la poitrine. Le shenyi pouvait être porté par n'importe qui, indépendamment du sexe, de la profession ou de la classe sociale. La technologie était suffisamment avancée à l'époque pour que de nombreux motifs compliqués et magnifiques apparaissent sur le Hanfu.

Un vêtement complet en hanfu s'est développé au fil du temps avec l'ajout d'autres parties du vêtement. Aujourd'hui, on considère qu'il se compose de plusieurs pièces : 

  • Yi - tout vêtement ouvert à col croisé, porté par les hommes et les femmes
  • Pao - tout vêtement fermé couvrant tout le corps, porté par les hommes
  • Ru - chemise ouverte, col croisé
  • Shan - chemise ou veste ouverte à col croisé, portée par-dessus le yi
  • Qun ou chang - jupe portée par les femmes et les hommes
  • Ku - le pantalon
Femme-en-hanfu-et-son-enfant

Il est également considéré comme traditionnel de décorer le hanfu avec des perles et des pendentifs en jade ou divers ornements accrochés à la ceinture ou à l'écharpe, connus sous le nom de pei. Les chapeaux pour les hommes et les postiches pour les femmes pouvaient par ailleurs être portés traditionnellement en combinaison avec le hanfu. Ces couvre-chefs marquaient la profession ou le rang social.

Le Hanfu a disparu au début de la dynastie Qing (1644-1911) qui a été fondée, non pas par les Chinois Han qui forment la majorité de la population de la Chine, mais par les Mandchous, un peuple semi-nomade qui s'est d'abord illustré en Mandchourie. La dynastie Qing est tombée en 1911 et le costume mandchou a rapidement disparu au profit du costume de style occidental

Aujourd'hui, la plupart des Chinois Han portent des vêtements de style occidental et le hanfu est rarement porté. Le hanfu reste cependant porté lors de certains festivals et cérémonies rituelles. Par exemple, il n’est pas rare de voir des gens porter un hanfu lors d’un mariage ou lors d’une promenade dans un parc.

Femme-en-Hanfu-avec-bambou

La robe chinoise Qifu

Qifu est appelé "Yijie" dans la langue mandchoue et, dans les temps anciens, se réfère généralement aux vêtements portés par les hommes et les femmes des huit bannières des armées mandchoues, mongoles et han

La coupe est relativement simple, la forme des vêtements est un col rond, des manches étroites, de longues fentes, une large patte devant et derrière, et quatre pièces de tailleur. Les caractéristiques de ce type de vêtements sont déterminées par les habitudes de vie du peuple mandchou

Afin de faciliter des activités telles que monter et descendre des chevaux et du tir à l'arc, les vêtements sont dans cette forme. Il convient de mentionner une décoration spéciale appelée "manches en fer à cheval". Nommé en raison de la forme en fer à cheval attachée aux manches. 

Femme-en-tenue-mandchou

Après que les Mandchous se soient progressivement séparés de la carrière d'équitation et de tir à l'arc, les Mandchous ont baissé leurs manches en fer à cheval pour montrer une sorte d'étiquette pour rendre hommage aux anciens et aux vénérables.

Parallèlement, afin de respecter l'esthétique vestimentaire, les femmes mandchoues vont broder des broderies de dentelle de différentes couleurs sur le col, le devant et les poignets. Parmi les vêtements, il y a un vêtement féminin dit « grandes manches ». Ce type de vêtement est brodé de motifs dans les manches, et les beaux motifs peuvent être affichés lorsque les manches sont retournées. Quelques bandes de fleurs ou bourgeons colorés sont incrustés sur l'encolure, la patte de boutonnage ou encore les manches du vêtement.

Hanfu

La Qipao, la robe chinoise moderne

La qipao 旗袍, également connu sous le nom de cheongsam ou robe chinoise, est le vêtement traditionnel des femmes chinoises en Chine et dans le monde, et est connu comme la quintessence de la Chine et le costume national des femmes.

Femme-en-qipao-bleu

En ce qui concerne l'origine du qipao, ce vêtement traditionnel chinois, il y a trois histoires. 

La première remonte aux dynasties Zhou et Qin. Selon celle-ci, les robes Han sont apparues il y a deux mille ans, comme "la veste en lin étroite de la dynastie Zhou occidentale ou les vêtements des pré-Qin". Cependant, les robes mandchoues ressemblent plus à une tenue large et plutôt formelle

Les deux autres histoires sont plus populaires. Certains pensent que la qipao provient des robes des filles de la dynastie Qing, et certains se concentrent sur l'après-République de Chine dans les années 1920.

La qipao aurait donc été formé dans les années 1920. Certains chercheurs pensent que son origine remonte au Shenyi dans les dynasties pré-Qin et Han. Même si l’origine est floue, tout le monde s’accordent à dire que la création de ce vêtement est l'un des phénomènes les plus splendides de la culture vestimentaire chinoise.

Groupe-de-femme-en-Qipao

Après avoir vécu la Révolution de 1911, les femmes se coupaient les cheveux et portaient des robes comme les hommes. Les journaux de l'époque rapportaient : « Les femmes d'aujourd'hui se sont coupées les cheveux, ont écarté leurs pieds et portent des robes.”

La tendance de la mode de cette période était dominée par les filles modernes et les mondaines. Leurs robes chinoises non conventionnelles ont immédiatement déclenché une ruée vers Shanghai. Des dignitaires aux étudiants et aux travailleuses, le cheongsam est devenu la robe des occasions sociales et des activités diplomatiques.

Le cheongsam est devenu le vêtement féminin le plus courant après les années 1920 en République de Chine et a été identifié comme l'une des robes nationales par le gouvernement de la République de Chine en 1929.

Qipao-rouge-brodé

Après les années 1950, la robe chinoise a été progressivement négligée, en particulier lors de la Révolution culturelle, il a été critiqué comme "crasse féodale" et "sentiment bourgeois". 

Après les années 1980, avec la réaccentuation de la culture traditionnelle, ainsi que l'influence de la culture cinématographique et télévisuelle, des défilés de mode, des concours de beauté, etc., la robe chinoise a été petit à petit relancé non seulement sur le continent, mais aussi en divers lieux de mode à travers le monde.

Des vêtements des femmes mandchoues aux nouveaux vêtements de la période de la République de Chine, ils reflètent les changements de mentalité au fil des temps. La libération des femmes, la poursuite de la liberté individuelle et les femmes qui sortent de chez elles doivent lutter pour leur propre indépendance et leur libération nationale

Qipao-bleu

Caractéristique de la robe chinoise qipao

À travers la qipao, nous pouvons voir les échanges culturels en Chine, qui ne sont pas seulement les échanges entre la nationalité Han et les minorités ethniques, mais aussi les échanges culturels entre la Chine et les pays étrangers à l'époque moderne.

La robe chinoise moderne ressemble plus à l'intégration des vêtements chinois et de la civilisation occidentale. Comparé aux robes des dynasties mandchoues et Qing, le corps est plus large, les lignes sont droites, le bas est long jusqu'aux pieds et la dentelle est droite. 

Après être entré dans les années 1920, le cheongsam a absorbé les caractéristiques des vêtements européens et américains, qui prêtent attention à l'ajustement et à la recherche de la beauté tout en courbes. Ils ont rétréci de manière créative les poignets et les manches de la robe, jusqu'à finalement atteindre une robe sans manches sur les épaules, ce qui apporte plein de charme. Le col du cheongsam change également de haut en bas, ce qui met en valeur la silhouette gracieuse de la femme.

Femme-qipao-et-ombrelle

À l’époque du cheongsam mandchou, lié par l'éthique féodale, la silhouette d'une femme ne pouvait pas être exposée. Les lignes droites, le corps ample et l'ourlet sans fentes étaient tous des marques de cette époque. Comparé au cheongsam moderne, le cheongsam de la dynastie mandchoue Qing a plus de caractéristiques de distinction

Une femme de la famille royale pouvait porter du jaune, utiliser des matériaux floraux, des couleurs vives, des matériaux exquis et une décoration de volutes spéciale. De plus, les broderies de dragons, lions, grues phénix, pruniers, orchidées, bambous et chrysanthèmes sont vraiment magnifiques.

Le style du qipao est basé sur une ouverture sur le côté droit, le col montant et le bouton, les fentes latérales et le corps avec des manches. Le cheongsam des années 1920, en soie ou en satin, ne s'est toujours pas débarrassé du style large et droit, mais s'est seulement aminci au niveau des épaules et de la taille. "Le cheongsam des premiers jours est froid et droit, avec un style puritain." 

Femme-qipao-rose

Dans les années 1930 et 1940, le cheongsam est entré dans une période dorée de développement. À la recherche de la libération, de la simplicité et de la générosité, des tons légers, naturels et intellectuels. Les étudiantes de cette époque ont utilisé leur vigueur juvénile pour mener un nouveau cycle de mode. La mode de cette époque est donc de porter une qipao moderne, porter des boucles d'oreilles, des bracelets, des bagues, etc.

Il existe de nombreux styles de robes chinoises, y compris la robe Ruyi, la robe Pipa, la robe oblique, col haut, col bas, sans col, manches longues, manches courtes, sans manches, fente haute, fente basse… Il existe également des différences dans la longueur du cheongsam: cheongsam court, cheongsam long et cheongsam simple. 

Le style général des vêtements reflète les courbes féminines. Comparé à d'autres vêtements de la même période, la qipao présente des caractéristiques de tissus plus légers et plus fins, de tissus plus imprimés et d'une décoration plus simple.

femme-en-qiapo-vert-bleu

La qipao, une robe moderne

En raison du degré élevé de socialisation professionnelle des femmes urbaines et du rythme de vie rapide, les femmes aiment les vêtements aux lignes simples, aux styles lumineux et très pratiques. En fait, la robe chinoise répond aux besoins réels des femmes, il est en conséquence le résultat de réformes globales en termes de longueur, de taille, de fentes et de couleur du cheongsam à l'ancienne

Les changements dans ce style, tels que la hauteur du col, la courte longueur des manches et la hauteur des fentes, font que la qipao se débarrasse complètement du style démodé et change les anciennes habitudes des femmes chinoises, comme s’envelopper la poitrine avec un tissu par exemple. 

Si la culture chinoise vous plaît, n'hésitez pas à aller visiter notre boutique, ou bien à vous renseigner sur d'autres sujets disponibles dans notre blog !

robe chinoise