histoire de la grande muraille de chine

Histoire de la Chine -

Histoire de la Grande Muraille de Chine

de lecture

Véritable rempart parcourant les montagnes, les déserts et les steppes, la Grande Muraille de Chine, Wan Li Chang Cheng 万里长城 est l’une des plus belles merveilles architecturales du monde.

Symbole de l’empire chinois depuis des siècles, la grande muraille de Chine a su traverser l'histoire et rester l’un des monuments les plus attrayants de notre planète.

Comment un tel édifice peut-il encore tenir debout aujourd’hui ? Quelle est son histoire et est-elle toujours aussi importante aujourd’hui ?

Chez Univers de Chine, nous sommes passionnés par la culture chinoise, nous vous apporterons donc la réponse le plus précisément possible.

Découvrons les secrets de la Grande Muraille de Chine.

Muraille de Chine

Histoire de la Grande Muraille

L’histoire de la Grande Muraille de Chine commence il y a 2700 ans. Sous la dynastie Qin (-221 à -206 avant J.-C), la Chine subissait les invasions barbares mongoles. L’empereur Qin Shi Huang décida de construire une muraille défensive, mais surtout préventive à la frontière nord de l’empire du milieu.

Il ne s’agissait pas à proprement dit d’un mur, mais de plusieurs portions de murs qui protégeaient les différents états chinois. Au fil des décennies, les murs ont été constamment agrandis et réparés. Ce n’est qu’à partir de la dynastie Ming (1368-1644), après de multiples rénovations et améliorations que l’on connaît le fameux « grand mur ».

Carte de la Grande Muraille

Les fortifications les plus importantes étaient celles proches de la capitale chinoise (Beijing sur la carte). Il fallait au mieux protéger les empereurs des différentes dynasties qui résidaient alors dans la cité interdite.

Le mur, bien qu’étant à la base construit pour repousser l’invasion des Huns dans le nord, se retrouva assez vite « inutile », les envahisseurs mongoles se contentant simplement de contourner les murailles. C’est pourquoi la muraille a surtout été utile pour protéger les marchands, les nomades et les caravanes voyageant le long des routes commerciales de la route de la soie. Les marchands de la route de la soie étaient très importants pour l’empire chinois, car ils étaient le seul lien avec le monde extérieur.

Grande Muraille, route commerciale idéal

La Grande Muraille de Chine était parfaite pour protéger ces marchands et leur permettre de traverser la Chine d’Est en Ouest plus rapidement, car au-delà d’un simple mur défensif, la Grande Muraille est également un réseau de route commercial titanesque. Elle suit le col des montagnes et permettait donc aux marchands d’éviter les chemins impraticables ou trop dangereux.

Le mur, à son apogée, s’étendait du port de Shanghaiguan sur la mer de Chine jusqu’à la province du Gansu.

Shanhaiguan, fin de la Grande Muraille

Construction du mur

La grande muraille est en réalité composée de nombreux murs indépendants, dont beaucoup sont parallèles. On trouve beaucoup de barrières naturelles comme des rivières, des fleuves ou des fossés (environ 30% du mur). Les 70% restants sont de véritables murs construits par l’homme.

La construction des murailles de Chine est l’un des projets de construction les plus ambitieux jamais réalisés par les chinois. Des centaines de milliers d’hommes ont dû participer à la construction du mur au fil des siècles. Que ce soit des soldats, des prisonniers, des paysans ou des ouvriers locaux, toute la main-d’œuvre disponible était mobilisée.

La grande muraille de Chine est donc en réalité composée de plusieurs sections de murs qui sont plus ou moins proches les unes des autres. Certaines parties étant situées dans le désert, dans les montagnes ou dans les prairies éloignées, la mesure du mur est donc assez laborieuse. Après une étude poussée qui a duré 5 ans, on estime que sa longueur à l’heure actuelle est de 21 200 km environ.

Grande Muraille, un mur sans fin

La construction de la fortification a demandé énormément de ressources. C’est pourquoi les ressources locales étaient la priorité. Les parties du mur qui traversent la région désertique du désert de Gobi ne sont pas montées de la même manière que les parties du mur proches de Pékin, car les matériaux disponibles n’étaient pas les mêmes.

Muraille dans le désert

Dans la conception de la muraille, on trouve trois composantes principales : les tours de guet, les tours de signalisation et les murs.

Les tours de guet

Situées tous les 150 mètres environ, elles étaient indispensables pour la sécurité et pour les soldats. Véritables remparts faits d’énormes briques et de pierres, elles mesuraient environ 10 mètres de haut en moyenne avec une base de 4 à 5 mètres de large au sommet.

Il faut bien comprendre que pour assurer la protection des murailles et des passants sur la muraille, un très grand nombre de soldats était constamment sur place (on parle souvent d’un million de soldats pour toute la muraille).

Tours de guet

Ces tours de guets étaient en général sur deux ou trois étages. Le premier étage permettait à une vingtaine de soldats de se reposer sur des lits en pierre. Le second ou troisième étage permettait de faire le guet pour repérer les ennemis. On trouvait également toutes les armes de défense type arbalètes ou bombes artisanales à cet étage.

Les terrains face aux murs étaient souvent défrichés pour offrir une meilleure visibilité aux tours de guets.

Les tours de signalisation

Comme dit précédemment, les murailles avaient surtout un rôle préventif. Les tours de signalisation avaient pour but de prévenir au plus vite d’où l’attaque venait (afin d’appeler des renforts).

On utilisait des feux ou des lanternes la nuit et des signaux de fumée le jour. On pouvait également trouver des systèmes de drapeau permettant même de signaler le nombre d’assaillants (un drapeau rouge représentait 500 cavaliers, deux drapeaux 1000 cavaliers, etc…).

Les tours de signalisation étaient placées généralement en haut des collines ou sur des zones dégagées pour une visibilité maximale. Les niveaux inférieurs de ces tours offraient des chambres pour les soldats, des écuries ou encore des zones de stockage.

Ces tours sont très sommaires, elles contenaient le strict minimum, pas de place pour des décorations ou des ombrelles.

ombrelle-chinoise

Les murs

Les murs de la Grande Muraille de Chine sont faits de différentes manières selon l’emplacement. Les parties du mur traversant le désert par exemple, sont en fait de simple grand tas de terre tassé avec d’autres matériaux comme de l’adobe (variété d’argile). Les murs les plus célèbres sont faits de grandes briques et de pierres. Les murs sont faits en pyramide, ils sont plus larges à la base qu’au sommet. Ils mesurent en moyenne 6.5 mètres de large à la base, 5.8 mètres au sommet et sont hauts de 8 mètres.

Mur de la Grande Muraille

Les murs étaient construits en continu, plusieurs équipes se relayaient entre construction des briques, acheminement et assemblage des murs. Le travail était très éprouvant et beaucoup de personnes moururent malheureusement durant l’élaboration de ce monument.

Muraille en Brique

Les murs sont d’une robustesse à toute épreuve. Des fossés de drainage sur les murs protègent des dommages causés par l'excès d'eau de pluie.

Le matériau le plus insolite utilisé lors de la construction des murs est le riz gluant. En effet, on ajoutait une portion de riz au mortier pour lier les briques entre elles. Cet ingrédient plutôt étonnant surprend encore aujourd’hui les experts car il a permis de faire tenir les murs jusqu’à aujourd’hui.

Mortier de la Muraille contant du riz

On peut également se demander comment les chinois ont décidé de l’emplacement des murs. Pour cela, ils demandaient de l’aide à des connaisseurs du Feng Shui (généralement des moines), qui s’assuraient que la construction ne gênait pas le fluide d’énergie naturel qui passe par les montagnes.

Il fallait également que la muraille s’intègre harmonieusement dans l’environnement naturel, c’est pour cela qu’elle suit assez précisément les cols des montagnes.

Fengshui Grande Muraille

La muraille est également très rarement droite. Premièrement car, comme dit précédemment, elle suivait les courbes des montagnes, mais également car cela permettait d’avoir une meilleure vision sur l’ennemie et des meilleurs angles de tirs.

Conservation et protection de la muraille

La Grande muraille de Chine possède plus de 2700 ans d’histoire. Il n’est donc pas étonnant que certains tronçons soient en ruines.

D’après une grande étude menée par l’Académie de la Grande Muraille de Chine en 2002,  les forces de la nature et l’activité humaine nous avaient fait perdre plus d’un tiers de la Muraille. Par exemple, certaines personnes détruisaient les murs pour des constructions plus modernes et certains villageois se sont servis des briques de la muraille pour des usages personnels. Depuis 2006, les autorités chinoises sont bien plus sévères envers les personnes qui abîmeraient cette relique.

Grande Muraille en ruine

Cependant, la longueur de la muraille ne fait que croître ces dernières années. Premièrement, des grands tronçons de murs sont parfois retrouvés notamment grâce aux nouvelles technologies. Les rénovations sont également très nombreuses !

Porte de la Muraille en ruine

La Grande Muraille de Chine est l’une des sept merveilles du monde moderne et a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987.

Importance de la Grande Muraille de Chine

La grande muraille à encore de nombreuses utilité pour la Chine. Outre être un symbole du pays, la construction est encore aujourd'hui un point touristique immanquable.

Un tourisme omniprésent

La Grande Muraille de Chine attire chaque année des millions de curieux, nationaux et internationaux. Le tronçon le plus connu et le plus adapté pour le tourisme de masse est à Badaling, à 70 km au Nord-Ouest de Pékin. D’autres sections récemment rénovées sont également très populaires, mais c’est à Badaling que les touristes préfèrent aller.

Badaling, partie touristique de la Grande Muraille

Après tout, lors d’un voyage en Chine, qui ne serait pas tenté d’aller visiter la Grande Muraille ? Pour visiter ces remparts, il est assez simple de trouver des voyages organisés.

Si vous projetez de visiter la grande muraille, China Roads propose des circuits très intéressants !

Le monument dans la culture chinoise

La muraille de Chine présente des valeurs chinoises fortes pour de nombreuses personnes. Elle symbolise pour certains l’unification de la Chine, car elle fut créée lors de la première unification de la Chine (entre 221 et 206 avant J.-C), mais également car elle témoigne de la capacité qu’ont les chinois à travailler ensemble.

Début de la Grande muraille

Pour d’autres, ce patrimoine culturel symbolise l’isolement de la Chine, qui souhaite conserver sa culture entre ses murs et repousser les influences étrangères.

Incontestablement liée à l’histoire de la Chine, la Grande Muraille a su inspirer de nombreux artistes dans la création d’œuvre. Que ce soit des peintures, des poèmes ou encore des opéras, les œuvres vantant ce monument ne manquent pas. De même pour les histoires et les légendes qui sont très nombreuses. Son nom apparaît même dans le premier couplet de l’hymne national chinois !

Peinture de la Grande Muraille

Lors des Jeux olympiques de 2008 organisés en Chine, la flamme olympique, en plus de passer par les grandes villes chinoises incontournables, passa par la Grande Muraille de Chine.

Une rumeur populaire disait que la Muraille était visible depuis l’espace et même depuis la lune. C’est évidemment faux, un mur de 6 mètres de large ne peut pas être visible de si haut.

Une phrase connu par beaucoup de chinois tirée d’un des poèmes de Mao Zedong dit "不到长城非好汉" Bú dào Chángchéng fēi hǎohàn, ce qui pourrait se traduire par : « quiconque n’ayant pas escaladé la Grande Muraille n’est pas un véritable homme ».

 Grande Muraille de Chine sous la neige

5 légendes sur la grande muraille de Chine

De nombreuses et belles légendes et histoires sur la Grande Muraille ont eu lieu tout au long de sa construction, et depuis lors, ces histoires se sont répandues dans tout le pays.

1. La légende de Meng Jiangnu

L'histoire de Meng Jiangnu est la plus célèbre et la plus répandue de toutes les légendes sur la Grande Muraille. L'histoire s'est déroulée pendant la dynastie Qin (221 av. J.-C. à 206 av. J.-C.). Elle raconte comment les larmes amères de Meng Jiangnu ont fait s'écrouler une partie de la Grande Muraille.

Le mari de Meng Jiangnu, Fan Qiliang, a été attrapé par des fonctionnaires fédéraux et envoyé pour construire la Grande Muraille. Meng Jiangnu n'a pas eu de nouvelles de lui après son départ, alors elle est partie à sa recherche. Malheureusement, lorsqu'elle atteignit la grande muraille, elle découvrit que son mari était déjà mort.

En apprenant la mauvaise nouvelle, elle s'est mise à pleurer. Ses hurlements ont provoqué l'effondrement d'une partie de la Grande Muraille. Cette légende a été largement diffusée par le biais de manuels scolaires, de chansons folkloriques et d'opéras traditionnels. Elle est bien connue en Chine.

Meng Jiangnu

2. La légende du col de Jiayuguan

Une autre légende sur le col de Jiayuguan parle d'un ouvrier nommé Yi Kaizhan de la dynastie Ming (1368 av. J.-C. à 1644 av. J.-C.) qui était compétent en arithmétique. Il a calculé qu'il faudrait 99 999 briques pour construire le col de Jiayuguan.

Le superviseur ne l'a pas cru et a déclaré que s'ils faisaient une erreur de calcul, ne serait-ce que sur une brique, tous les ouvriers seraient punis de trois ans de travaux pénibles. Une fois le projet terminé, une brique a été laissée derrière la porte de la ville de Xiwong. Le superviseur était heureux à la vue de cette brique et prêt à les punir.

Cependant, Yi Kaizhan a déclaré avec délibération que la brique avait été posée là par un être surnaturel pour réparer le mur. Un petit mouvement aurait causé l'effondrement du mur. C'est pourquoi la brique a été maintenue là et n'a jamais été déplacée. On la trouve encore aujourd'hui sur la tour du col de Jiayuguan.

brique légendaire

3. la légende de la tour de guet

En plus des histoires mentionnées ci-dessus sur la construction de la Grande Muraille, il y a aussi de nombreuses histoires sur les lieux pittoresques actuels. L'une d'entre elles est la légende de la tour phare.

Cette histoire s'est déroulée pendant la dynastie occidentale des Zhou (11e siècle avant J.-C. - 711 avant J.-C.). Le roi You avait une reine nommée Bao Si, qui était très jolie. Le roi You l'aimait beaucoup, mais Bao Si ne souriait jamais. Un fonctionnaire a laissé entendre que mettre le feu à la tour phare effraierait les sujets du roi, et pourrait faire sourire la reine. L'idée a plu au Roi.

Les sujets ont été trompés et Bao Si a souri à la vue du chaos. Plus tard, les ennemis ont envahi l'ouest de Zhou, le Roi You a mis le feu à la tour phare pour demander de l'aide. Aucun sujet n'est venu demander de l'aide car ils avaient déjà été trompés une fois auparavant. Ainsi, le Roi Zhou fut tué par l'ennemi et la dynastie Zhou occidental prit fin.

bao si et roi you

4. Le Xifeng Kou, ou la forteresse de la rencontre heureuse

Il existe une forteresse sur la Grande Muraille qui portait à l'origine le nom de Xifeng Kou, ou Forteresse de la rencontre heureuse.La Grande Muraille exigeait que les soldats soient sur leurs gardes toute l'année. Non seulement les soldats en souffraient, mais les membres de leurs familles souffraient également.

Un jour, un jeune soldat était parti défendre le territoire du nord de la Chine le long de la Grande Muraille pendant de nombreuses années. L'armée a interdit à quiconque de quitter son poste. Le jeune homme avait un père comme seul membre de sa famille. Le père était vieux et craignait de ne plus jamais revoir son fils. C'est pourquoi il se rendit à la Grande Muraille pour voir son fils, peut-être pour la dernière fois.

Lorsqu'il arriva dans une forteresse, il rencontra par hasard son fils qui avait grandi. Son fils, lui aussi, a reconnu son père. Les deux membres de la famille se saluèrent en s'embrassant. Ils riaient de joie et pleuraient de chagrin. À la surprise de tous, ils sont morts tous les deux sur le coup.

xi fen kou

Afin de se souvenir du père et du fils aimants, le nom de la forteresse où ils se sont rencontrés a été donné à Xifeng Kou. Ils représentaient le cœur de milliers de soldats et de leur famille. Le col où ils ont été enterrés a été plus tard nommé le col de Xifeng Kou.

5. "Soupe au métal" Grande Muraille

À environ 60 km au nord du centre-ville de Pékin, il y a une célèbre section de la Grande Muraille appelée Huang Hua Cheng (la forteresse de la fleur jaune). En été, toute la zone était colorée par des fleurs jaunes, d'où le nom de Grande Muraille de Huanghuacheng (Grande Muraille de la Fleur Jaune).

Il y a une histoire derrière la construction de la Grande Muraille de Huanghuacheng. Sa construction a commencé en 1575, sous la dynastie Ming, et le général Cai Kai était chargé de l'ensemble des travaux.

Il a fallu de nombreuses années pour terminer la construction. Lorsque le général Cai Kai se rendit à la capitale et rapporta à l'empereur le succès de sa tâche. Certains ministres, jaloux, avaient alors dit à l'empereur Wanli que le général Cai Kai avait dépensé trop d'argent et que la construction du mur était médiocre.

L'empereur était si mécontent de ces fausses informations qu'il ordonna l'exécution immédiate de Cai. Plus tard, l'empereur a envoyé une personne de confiance pour vérifier le mur de Cai. L’homme revint et rapporta à l'empereur que la Grande Muraille de Huanghuaheng était solide et de la plus haute qualité. Désolé pour sa hâte à mettre à mort Cai, Wanli envoya des gens pour construire une tombe et une stèle commémorative en mémoire du loyal général.

Grande Muraille de Huanghuacheng

L'empereur Wanli a également écrit les deux caractères "Jin Tang" (soupe de métal), qui signifie "solide et ferme", gravés sur la face d'un énorme rocher sous le mur, montrant que le mur était ferme et solide. Le mur est donc parfois appelé "Jintang Great Wall" (grande muraille de Jintang).

Une histoire intemporelle

La Grande Muraille de Chine n’a donc pas fini de faire parler d’elle et d’attirer les amateurs de la culture asiatique. De nombreuses découvertes sont très récentes, on peut donc penser que cette merveilleuse relique a encore de nombreux secrets à nous faire découvrir !

Vous savez désormais tout sur ce fantastique monument ! Si la culture chinoise vous plaît, n'hésitez pas à décorer votre maison avec de superbes décorations chinoises ! 

tableau-chinois